Un cheminement plein de rebondissements

L'Union Européenne a un plan solide pour parvenir à un marché unique du numérique d'ici fin 2016. Qu'est-ce que cela implique en pratique ? Quelles en seront les conséquences sur les collaborateurs ? De quelle manière les entreprises s'adapteront-elles pour gérer la compétitivité grandissante ?

Une étude intitulée « Marché du numérique : espoir ou engouement ? », menée par Coleman Parkes Research et sponsorisée par Ricoh Europe, démontre que seulement 8% des entreprises européennes sont prêtes à adopter le marché unique du numérique.

L'enquête a été déployée en juillet 2015 sur un échantillon de 1 360 participants choisis parmi huit secteurs verticaux dont l'éducation, le domaine juridique, l'énergie, les fournisseurs d'énergie, la santé, les services publics, le commerce de détail, la production et les services financiers.
Les participants étaient issus du Royaume-Uni, d'Irlande, de la France, d'Allemagne, d'Espagne, d'Italie, des Pays-Bas, de la Belgique, du Luxembourg, de la Pologne, des pays nordiques (Suède, Finlande et Danemark), du Portugal, d'Autriche et d'Hongrie.

Articles apparentés

Des États partagés ?

Seulement 52% des dirigeants d'entreprise ont connaissance du projet numérique que compte instaurer l'Union Européenne. D'un point de vue national, ceux qui en saisissent le moins la portée sont le Portugal (27%), la Belgique (36%), les pays nordiques (38%) et les Pays-Bas (39%). En outre, 8% seulement des organismes sont prêts pour la règlementation qui va changer toute la donne pour les entreprises ces prochaines années : le marché unique du numérique. La plupart d'entre eux ambitionnent déjà de s'implanter à travers l'Europe.

X

Complétez vos coordonnées pour pouvoir lancer le téléchargement