Les organisations des secteurs des soins de santé, de l'éducation et des services financiers exposées au risque de non-conformité

La multiplication des données sensibles au sein des entreprises conjuguée aux évolutions culturelles du monde du travail impose aux entreprises une plus grande rigueur dans la maîtrise de leur système d'informations et les expose de plus en plus au risque de non-conformité documentaire. 

En Europe, près d'un tiers (29 %) des sociétés de soins de santé ne disposent d'aucun système de suivi de leurs documents sensibles. Seules 45 % des entreprises du secteur financier confirment qu'elles sont en mesure d'effectuer des suivis de l'ensemble de leur documentation sensible, alors que 20 % reconnaissent n'être dotées d'aucun système de suivi.

Ces statistiques sont significatives et illustre l'exposition au risque de non-conformité avec la loi Sarbanes-Oxley des entreprises, qui les oblige à garantir l'intégrité de leurs documents sensibles (modification, destruction, perte). 

Par ailleurs, 31 % des entreprises européennes sont susceptibles de perdre des documents importants. Les organisations du secteur de l'éducation sont encore plus à risque. 38 % d'entre elles reconnaissent perdre ou égarer de temps à autre des données sensibles. Dans le secteur juridique, ce pourcentage s'élève à 14 %. 

52 % des entreprises ont déclaré que cette situation affectait principalement les processus opérationnels qui subissent des retards. D'autres conséquences, telles que l'atteinte à la réputation, les factures impayées, la perte d'informations sensibles, l'inobservation des réglementations, ou encore le mécontentement des clients, en découlent. 

  • Sondage

    • Parmi ces priorités, quelle est la plus grande s'agissant de la sécurité de vos documents sensibles?

  • La protection des données personnelles
  • La protection de la propriété intellectuelle
  • La protection de la réputation de mon entreprise